Alternatives aux pesticides, comment l’Union européenne se mobilise- t-elle?

22 février 2018

Chapeau : Alternatives aux pesticides, comment l’Union européenne se mobilise- t-elle?

Schéma de financement : 2018-02-22

Amorce :

Aujourd’hui, le problème des pesticides est tellement répandu que l’Union européenne a  mis en place des aides afin de lutter contre ce problème et d’avoir des impacts positifs aussi dans d’autres domaines tels que l’environnement et la santé humaine.

Texte :

La présence de pesticides dans la plupart des fruits et légumes est devenue un sujet d’inquiétude. Les résultats de récentes études montrent que 97% des aliments consommés contiennent une quantité élevée de résidus de pesticides. Parmi les plus présents, le glyphosate ou encore l’atrazine que l’on retrouve aujourd’hui dans l’eau du robinet et issu de la pollution des nappes phréatiques. Les risques sont multiples et sérieux : risques sanitaires, incidence sur la biodiversité, etc.  

Une alternative serait d’accélérer le déploiement de solutions déjà existantes, telles que l’agriculture bio, les méthodes mécaniques, l’utilisation d’engrais verts, la production intégrée, la permaculture. Il est cependant devenu nécessaire de trouver de nouveaux moyens en complément.

L’Union européenne a la volonté de faire face à tous ces défis. C’est pourquoi, la Commission européenne, à travers son programme Horizon 2020, a publié une série d’appels à projets afin de favoriser l’émergence et la mise sur le marché de nouveaux produits et services portant sur la protection de l’environnement, le climat, la santé des citoyens, etc. Parmi les appels à projets : Amélioration de la santé / Croissance économique et systèmes de santé durable / Sécurité alimentaire durable / Renaissance rurale, etc. L’appel relatif à la sécurité alimentaire permet de mettre en œuvre des projets de production alimentaire sûre, respectueuse de l’environnement et de la santé des hommes.

Parallèlement, le FEADER, Fonds européen agricole pour le développement rural disponible dans toutes les régions de l’Union, soutient notamment les exploitations bio et leur développement, l’installation de nouveaux exploitants ainsi que la conversion des exploitations en bio.

Restons confiants sur notre capacité à nous mobiliser en Europe pour résoudre les enjeux de notre siècle. Il y a urgence.