• Description
  • Programmes
  • Contact

Secteurs : Agriculture - Pêche, Développement local, Industrie

Bénéficiaires : ONG de Développement, PME

Régions : Afrique-Caraibes-Pacifique, Amérique du Nord, Espace Economique Européen, Océanie, Pays en développement, Pays méditerranéens, Suisse, Union européenne

Catégorie : Appel à propositions

Références :

Pour consulter cette information, merci de vous connecter.

Info complémentaire régions :

États éligibles : États membres de l’UE et de l’EEE, Pays de la zone ACP, Pays en développement figurant sur la liste des bénéficiaires de l’APD, États membres de l’OCDE

Montant :

Pour consulter cette information, merci de vous connecter.

Linkedin:

WE Funding – FED – Soutenir…
Fonds pour : Soutenir l’horticulture et la chaîne de valeur du café au Rwanda
Principaux bénéficiaires : PME, microentreprises

Responsable : Commission Européenne

Utile :

Pour consulter cette information, merci de vous connecter.

Contact :

Pour consulter cette information, merci de vous connecter.

Conseil :

Pour consulter cette information, merci de vous connecter.

Amorce :

Fonds pour : Soutenir l’horticulture et la chaîne de valeur du café au Rwanda
Principaux bénéficiaires : PME, microentreprises

Priorités et actions financées :

Objectifs
* Libérer le potentiel de l’horticulture et de la chaîne de valeur du café au Rwanda afin d’assurer l’approvisionnement en produits sûrs aux marchés locaux, régionaux et internationaux ;
* Lot 1 : Appui aux filières horticoles à haute valeur ajoutée, au développement des PME et microentreprises de l’agro-industrie :
– Augmenter le revenu des ménages des petits producteurs horticoles en augmentant la productivité des chaînes de valeur horticoles qui améliorent l’accès aux marchés locaux, régionaux et internationaux ;
– Améliorer la compétitivité, la fiabilité et la rentabilité de la chaîne de valeur horticole rwandaise à l’échelle mondiale ;
– Soutenir le financement de la chaîne de valeur horticole, y compris le capital d’amorçage, le capital-risque et le financement du commerce pour les organisations de producteurs, les agrégateurs, les transformateurs, les exportateurs et les prestataires de services ;
– Améliorer les chaînes de valeur horticoles afin de créer davantage d’emplois en créant des entreprises à forte intensité de main-d’œuvre, tout en utilisant les infrastructures et les technologies appropriées ;
– Renforcer la position des exportateurs et des associations d’horticulteurs auprès des acheteurs internationaux et renforcer leurs relations ;
– Faire évoluer les entreprises locales vers des programmes de certification et d’accréditation internationaux, y compris des plateformes de commerce électronique fournissant des informations bidirectionnelles sur l’offre et la demande, ainsi que sur les prix
* Lot 2 : Améliorer le développement de la chaîne de valeur du café :
– Augmenter le revenu des ménages en augmentant la productivité du café, l’utilisation des intrants et la fixation d’incitations de prix aux caféiculteurs ;
– Assurer une production de café de meilleure qualité et des infrastructures appropriées ;
– Renforcer et accroître l’efficacité des organisations de caféiculteurs et, le cas échéant, des entités/entreprises de commercialisation du café ;
– Renforcer les activités de reconnaissance pour les acteurs du café (Journées du café, concours de caféiculteurs) ;
– Amélioration du financement de la chaîne de valeur du café par les caféiculteurs et les exportateurs ;
– Soutenir l’amélioration de la traçabilité, des méthodes de production, de l’évaluation, de la qualité et de la certification, notamment par la prise en compte des spécificités du marché et de l’établissement de normes socio-environnementales ;
– Mise à niveau des entreprises locales vers des programmes de certification et d’accréditation internationaux tels que GlobalGAP, ou encore les accréditations biologique et commerce équitable

Priorités
* Lot 1 :
– Augmenter les revenus et la création d’emplois dans les petits exploitants agricoles, des PME et des microentreprises ;
– Inclusion des jeunes, des femmes et d’autres groupes défavorisés ;
– Renforcement des partenariats, impliquant l’extension, la recherche, les acteurs du marché et les communautés de producteurs à des fins d’innovation et de développement des connaissances ;
– Développement d’infrastructures pour la chaîne de valeur horticole qui favorisent et éliminent les goulets d’étranglement dans la chaîne de valeur horticole (à l’exclusion des infrastructures à grande échelle) ;
– Développement d’instruments financiers pour le financement des investissements dans le secteur ;
– Développement de partenariats public-privé qui améliorent considérablement la fiabilité, la quantité et la qualité ;
– Accompagnement des entreprises privées et des organismes publics à l’exportation pour répondre aux exigences du marché international ;
– Interventions reliant les entreprises locales au marché international ;
– Élaboration d’une stratégie et d’un code de pratiques en matière de normes d’exportation ;
– Renforcer l’image de marque de l’horticulture rwandaise et l’indication géographique
* Lot 2 :
– Augmenter les revenus et la création d’emplois dans les petits exploitants agricoles, des PME et des microentreprises ;
– Collaborer avec des entreprises privées pour assurer une distribution équitable des primes liées à la qualité aux petits exploitants agricoles ;
– Développement d’instruments financiers pour le financement des investissements dans le secteur ;
– Amélioration des liens entre les producteurs et les marchés de niche qui valorisent la qualité ;
– Renforcement des partenariats, impliquant l’extension, la recherche, le marché et la communauté des producteurs pour l’innovation et le développement des connaissances ;
– Donner aux organisations de producteurs les moyens d’agir et renforcer leur efficacité dans la représentation de leurs membres, le lobbying et la défense de leurs intérêts, et les rôles de négociation des prix ;
– Accompagner les organisations de producteurs et les entités privées dans la certification et les normes socio-environnementales (café biologique, commerce équitable) ;
– Appui aux stations de lavage de café pour renforcer les capacités des partenaires en termes de production et de productivité, de services de vulgarisation de proximité et de gestion ;
– Renforcer l’image de marque et l’indication géographique du café rwandais ;
– L’intégration régionale et l’harmonisation des mécanismes d’assurance qualité ;
– Accompagnement au développement de l’organisation et de l’infrastructure dans le respect des exigences du marché 

Parmi les actions financées
* Lot 1 :
– Appuyer l’établissement de nouvelles chaînes de valeur ajoutée et l’expansion des chaînes existantes pour le commerce, la transformation ou la commercialisation des produits sur les marchés locaux, régionaux et internationaux ;
– Favoriser l’adoption de solutions et de technologies novatrices appropriées, en particulier des innovations intelligentes sur le plan climatique ;
– Mise en place de services d’information sur le marché intérieur par le biais du secteur privé, d’organisations agricoles ou de partenariats public-privé ;
– Élaborer des modules spécifiques, des programmes d’études pour des sujets particuliers sur lesquels des experts seront formés et auxquels ils se référeront, ainsi que des directives ou un code de pratique ;
– Promotion du développement et de l’amélioration de la gouvernance de la chaîne de valeur horticole ;
– Mise en place d’une plateforme pour le partage et la diffusion d’informations sur toutes les informations commerciales connexes et sur les exigences du marché de l’UE ;
– Veiller à ce que le « principe de sécurité et d’assurance de la qualité » s’applique à l’ensemble de la chaîne de valeur ;
– Renforcement de la capacité technique de l’assurance qualité et de l’assurance de la sécurité
* Lot 2 :
– Mise en place d’une plate-forme des producteurs de café pour déterminer le prix à la production des cerises de café ;
– Mise un place d’un système de rendement élevé par arbre et d’une plantation bien entretenue parmi les caféiculteurs ;
– Renforcer les liens entre les stations de lavage du café et les fournisseurs de cerises (producteurs) pour améliorer la qualité et la redistribution des produits de qualité ;
– Développer la production de café biologique et équitable, la certification et mettre en relation les producteurs avec le marché ;
– Améliorer les techniques de lavage du café et leurs capacités à répondre aux besoins de certification et de traçabilité ;
– Développer des produits financiers spécifiques aux acteurs de la chaîne de valeur du café ;
– Développer les produits du café, la certification et la traçabilité en fonction des besoins du marché ;
– Renforcer la gouvernance dans les organisations caféières ;
– Exigences en matière d’accès au marché pour différentes destinations ;
– Établir des critères de sélection pour les candidats potentiels aux formations en fonction du domaine ciblé ;
– Veiller à ce que le « principe de sécurité et d’assurance de la qualité » s’applique à l’ensemble de la chaîne de valeur du café ;
– Renforcer les associations de consommateurs

Informations complémentaires
* Cet appel à propositions est un appel à propositions ouvert

* Durée initiale de l’action : entre 48 et 60 mois

* Eligibilité
– Être une personne morale ou physique ;
– Être établi dans un État membre de l’UE ou de l’EEA, dans un État de la zone ACP ou dans un État considéré comme en développement au sens de la liste des États bénéficiaires de l’APD, ou un État membre de l’OCDE ;

– Les candidats doivent être enregistrés depuis au moins 2 ans au moment du dépôt de la candidature ;

– Un consortium composé d’au moins 2 partenaires doit être établi