• Description
  • Programmes
  • Contact

Secteurs : Affaires sociales, Recherche, Santé

Bénéficiaires : Centres de recherche, Universités

Régions : Espace Economique Européen, Union européenne

Catégorie : Appel à propositions

Info complémentaire régions :

Autriche
Belgique
Canada
Finlande
France
Allemagne
Lettonie
Norvège
Espagne
Suède
Royaume-Uni

Montant :

Pour consulter cette information, merci de vous connecter.

Responsable : Bureau de la politique scientifique belge

Utile :

Pour consulter cette information, merci de vous connecter.

Contact :

Pour consulter cette information, merci de vous connecter.

Conseil :

Pour consulter cette information, merci de vous connecter.

Amorce :

JPI MYBL – Égalité et bien-être intergénérationnel – 2020
Fonds pour : des propositions de recherche visant à mieux comprendre comment le changement démographique modifie le contrat implicite entre les générations et comment la politique peut garantir que le changement entraîne une réduction, plutôt qu’une augmentation, des inégalités ?

Priorités et actions financées :

Objectifs
* Identifier qui profite et qui perd du changement démographique et comment on peut les éviter ;
* Soutenir la solidarité de manière durable, tant au niveau politique que pratique

Priorités
* Revenu et richesse : l’allongement de la vie active modifie la répartition des revenus et de la richesse entre les générations. Les revenus à un âge avancé sont très inégalement répartis en fonction de l’emploi précédent, des revenus et de la structure des différents systèmes de pension. Les schémas d’héritage intergénérationnel changent à mesure que les gens passent plus de temps à la retraite et que les coûts de l’aide sociale se répercutent sur l’épargne. Les différents modèles nationaux d’occupation du logement ont également des implications différentes sur la richesse et l’héritage ;
* Les responsabilités de soins : une forte proportion de personnes âgées (surtout, mais pas seulement, les femmes) assument des responsabilités de soins, que ce soit pour les parents, les enfants ou les partenaires. La prise en charge peut être émotionnellement gratifiante, mais lorsqu’elle est très exigeante sur le plan physique ou émotionnel, elle peut avoir des effets très néfastes sur la santé mentale et physique et sur les possibilités d’emploi de la personne qui s’occupe de l’enfant, surtout si elle s’occupe simultanément des enfants et des personnes âgées. Une caractéristique particulière de la prise en charge est que des besoins peuvent survenir et se terminer de manière inattendue, laissant peu de temps aux personnes qui s’occupent d’elles pour planifier et gérer d’autres engagements ;
* Participation sociale et politique : dans de nombreux pays, les personnes âgées sont plus susceptibles que les jeunes de participer aux processus politiques officiels. Cependant, beaucoup sont désengagés, surtout à un âge avancé, et certains ont le sentiment que leurs intérêts et leurs préoccupations sont sous-représentés dans la prise de décision politique. Les personnes âgées sont également plus vulnérables à l’isolement social et à la solitude, avec moins de soutien de la part des jeunes générations que par le passé. Le problème est exacerbé par la mort des amis et des partenaires, et par la réduction de la mobilité. Le sentiment d’identité et de sécurité peut également être remis en cause lorsque les quartiers changent, rajeunissent ou s’appauvrissent. Ce problème se pose aussi bien dans les environnements urbains que dans les zones rurales, dans les communautés en déclin (où les jeunes ont déménagé) ou sans accès aux transports publics ou privés

Informations complémentaires
* Le présent appel à propositions est un appel à propositions ouvert

* Durée initiale de l’action : jusqu’à 36 mois

* Éligibilité :
– Chaque proposition doit impliquer un minimum de trois candidats éligibles provenant d’au moins trois pays différents participant à l’appel ;
– Les membres du comité directeur, du conseil consultatif scientifique, du conseil consultatif sociétal et de l’assemblée générale du JPI MYBL impliqués dans le processus d’évaluation ne sont pas autorisés à poser leur candidature. Les membres du secrétariat de l’appel conjoint et du comité directeur de l’appel ne sont pas non plus autorisés à poser leur candidature. Les autres personnes qui ont participé à la préparation de l’appel ne sont pas non plus autorisées à poser leur candidature, mais les institutions pour lesquelles elles travaillent sont éligibles ;
– Un chercheur donné est autorisé à participer à un maximum de deux propositions en tant que chercheur de projet, mais s’il sert de coordinateur pour une proposition, il ne peut pas participer en tant qu’IP dans une autre ;
– Les consortiums de projet peuvent également inclure des chercheurs non éligibles en tant qu’IP, c’est-à-dire appartenant à un pays qui ne participe pas à cet appel ou qui n’est pas éligible selon les règles nationales des pays participants. Dans ce cas, ces chercheurs ou acteurs sociaux non éligibles doivent assurer leur propre financement et en indiquer l’origine avant de soumettre leur proposition sur la plateforme de soumission électronique. Toutefois, les chercheurs non éligibles ne sont pas comptés dans le nombre minimum de chercheurs requis au sein du consortium et ne peuvent pas non plus faire office de coordinateur ;
– Pour plus d’information sur les critères d’éligibilité, voire les réglementations nationales