FEM : la CE propose un soutien pour les travailleurs espagnols

24 avril 2014

Chapeau : Le soutien financier cofinancé par le FEM aidera les 300 travailleurs qui peinent le plus à retrouver un emploi

Schéma de financement : 2014-04-24

Programme 2014 2020 : Oui

Amorce :

La Commission européenne a proposé d’accorder à l’Espagne une enveloppe de 840 000 euros au titre du Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM) pour aider 300 travailleurs du secteur textile licenciés dans la région de la Comunidad Valenciana (Espagne) à se réinsérer sur le marché du travail.

Texte :

L’aide sollicitée par les autorités espagnoles devrait permettre d’aider d’anciens salariés de 198 petites et moyennes entreprises. La proposition est maintenant transmise pour approbation au Parlement européen et au Conseil des ministres de l’Union européenne.

L’Espagne a demandé l’appui du FEM après le licenciement de 560 travailleurs dans 198 PME du secteur textile dans la région de la Comunidad Valenciana. Ces licenciements sont la conséquence, aggravée par la crise économique actuelle, d’une concurrence accrue de textiles produits dans d’autres parties du monde. La Chine domine de plus en plus le marché mondial dans ce secteur, tandis que d’autres pays d’Extrême-Orient continuent d’augmenter leur production.

Les mesures cofinancées par le FEM aideront les 300 travailleurs qui peinent le plus à retrouver un emploi en leur proposant une orientation et des conseils personnalisés, un bilan de compétences et une aide de reclassement, des actions de formation générale et de reconversion, une formation professionnelle individuelle, des initiatives d’encouragement et de soutien de l’esprit d’entreprise, des incitations au reclassement externe, une allocation de recherche d’emploi et une contribution aux frais de déplacement.

Le coût total du train de mesures est estimé à 1,68 million d’euros, dont la moitié à la charge du FEM.

Contexte

Depuis l’expiration, fin 2004, de l’accord transitoire de dix ans sur les textiles et les vêtements (ATV) de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), le marché des textiles de l’Union européenne a été ouvert à une concurrence beaucoup plus mondialisée, en particulier de la Chine et d’autres pays d’Extrême-Orient.

Pendant la période 2004-2012, la balance commerciale de l’Union dans le secteur des textiles s’est considérablement détériorée: les importations de textiles dans l’Union ont augmenté de 17 %, tandis que les exportations de l’Union vers le reste du monde ont reculé de 3 %. La balance commerciale de l’Union dans le secteur textile est passée d’un excédent de 1,107 milliard d’euros en 2004 à un déficit de 3,067 milliards d’euros en 2012. De plus, la part des exportations de textiles de l’Union a reculé de 10 % à 8 % sur la période 2000-2011, tandis que celle de la Chine est passée de 10 % à 32 %.

L’industrie textile espagnole a été restructurée et modernisée en profondeur pour faire face à la pression concurrentielle accrue qui a suivi l’expiration de l’Arrangement multifibres de l’OMC, auquel l’ATV a succédé. Toutefois, les licenciements entraînés par la restructuration de l’industrie textile ont été aggravés par l’ensemble d’effets négatifs que la crise économique a exercés sur l’emploi. Le taux de chômage a rapidement grimpé dans la région, passant de 9,61 % au premier trimestre 2008 à 29,19 % à la même période en 2013.

L’an dernier, la Commission a également proposé de mobiliser des ressources du FEM afin d’aider les travailleurs licenciés dans le secteur des matériaux de construction dans la région.

L’ouverture des échanges commerciaux avec le reste du monde a des effets globalement positifs sur la croissance et l’emploi, mais elle peut aussi entraîner des pertes d’emplois, en particulier dans des secteurs vulnérables et au détriment de travailleurs peu qualifiés. C’est pourquoi le président de la Commission, M. Barroso, a proposé la création d’un fonds destiné à aider ceux qui doivent s’adapter aux conséquences de la mondialisation. Depuis qu’il est devenu opérationnel en 2007, le FEM a reçu 117 demandes d’intervention, ce qui représente un montant total avoisinant 500 millions d’euros en faveur de plus de 105 000 travailleurs. Les demandes d’intervention émanent d’un nombre croissant de secteurs et d’États membres. Rien que l’an dernier, ce fonds a contribué à hauteur de plus de 73,5 millions d’euros.

Le règlement régissant le FEM a été révisé en juin 2009 dans le but de renforcer le rôle du Fonds en tant qu’instrument d’intervention rapide dans l’arsenal déployé par l’Europe face à la crise financière et économique. La version révisée du règlement relatif au FEM est entrée en vigueur le 2 juillet 2009 et le critère de crise a été appliqué à toutes les demandes reçues entre le 1er mai 2009 et le 30 décembre 2011.

Compte tenu de cette expérience et de la valeur ajoutée apportée par le FEM aux travailleurs et aux régions bénéficiaires, le fonds a été maintenu pour la période 2014-2020 en tant qu’expression de la solidarité au sein de l’Union, son mode de fonctionnement ayant été amélioré une nouvelle fois. Son champ d’application a été élargi de manière à couvrir à nouveau les travailleurs ayant perdu leur emploi en raison de la crise économique, ainsi que les travailleurs à durée déterminée, les indépendants et les jeunes sans emploi qui ne suivent ni études ni formation dans les régions où le chômage des jeunes est élevé.

Url description : Presse de la Commission européenne

Url : http://europa.eu/rapid/press-release_IP-14-81_fr.htm

Url info description: http://europa.eu/rapid/press-release_IP-14-81_fr.htm

Url info: http://europa.eu/rapid/press-release_IP-14-81_fr.htm