Lancement d’une grande coalition dans le secteur du numérique en faveur de l’emploi

5 mars 2013

Schéma de financement : 2013-03-05

Amorce :

En prévision de la création d’ici 2015 de près de 900 000 postes dans le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC), la Commission a invité les acteurs du secteur du numérique (entreprises, administrations, secteur de la formation et de l’enseignement) à former une grande coalition afin de répondre à la demande croissante de main d’oeuvre dans ce secteur.

Texte :

Malgré les niveaux de chômage que l’on connaît actuellement, le nombre d’emplois dans le secteur du numérique progresse de plus de 100 000 par an. Or, le nombre de nouveaux diplômés des TIC et de travailleurs qualifiés dans ce secteur est insuffisant pour suivre le rythme de la demande.

Aujourd’hui, à Bruxelles, les vice-présidents Neelie Kroes (stratégie numérique) et Antonio Tajani (industrie et entrepreneuriat), ainsi que les membres de la Commission László Andor (emploi, affaires sociales et inclusion) et Androulla Vassiliou (éducation, culture, multilinguisme et jeunesse) ont également participé au lancement de la grande coalition, dans le cadre des efforts déployés par la Commission pour rendre l’Europe plus compétitive.

L’Europe ne peut se permettre de laisser inexploitées de telles possibilités d’emploi. L’annonce d’aujourd’hui est le fruit du travail réalisé en amont sous la direction de la vice-présidente Mme Kroes pour recueillir des engagements initiaux portant sur de nouveaux emplois, stages, postes d’apprentissage, financements de démarrage, cours universitaires en ligne gratuits et d’autres possibilités auprès d’entreprises technologiques, d’administrations, de responsables d’enseignement, de partenaires sociaux, de prestataires de services liés à l’emploi et d’organisations de la société civile à l’occasion du Forum économique mondial à Davos (voir IP/13/52).

Les engagements initiaux des parties prenantes, soit plus de quinze entreprises et organisations qui adhèrent à la grande coalition, ont été approuvés. Parmi les premiers engagements à se concrétiser, il faut citer une nouvelle plateforme d’apprentissage en ligne pour les jeunes, dénommée Academy Cube, et un nouveau module de formation destiné aux installateurs de réseaux d’énergie intelligents.

La Commission a sollicité des engagements dans les domaines clés suivants:

Formation adaptée aux emplois dans le secteur du numérique – aider les gens à acquérir les compétences dont l’économie a besoin.

Mobilité – aider ceux qui possèdent des qualifications à trouver le lieu où celles-ci sont demandées, et éviter ainsi des pénuries et des excédents dans les différentes villes et agglomérations.

Certification – permettre de prouver plus facilement à un employeur les compétences qu’on a acquises, indépendamment du pays.

Sensibilisation – faire savoir à la population que le secteur du numérique propose tant aux femmes qu’aux hommes des carrières valorisantes et attrayantes.

Méthodes d’apprentissage et d’enseignement innovantes – développer et améliorer nos systèmes d’éducation et de formation, afin d’apporter à davantage de personnes les qualifications requises pour réussir.

Le président Barroso a également appelé d’autres organisations à suivre l’exemple de ces pionniers. La Commission a certes un rôle à jouer, mais des actions telles que la formation gérée par l’industrie, les aides à la mobilité de la main-d’œuvre, la certification des compétences, l’amélioration des programmes scolaires et universitaires, les actions de sensibilisation et la création d’un environnement propice aux entrepreneurs pour les «jeunes pousses» nécessitent la participation active de toutes les parties prenantes.

La Commission s’occupe en outre du lancement de Startup Europe, une plateforme unique d’outils et de programmes destinés à aider les personnes qui veulent mettre sur pied et faire prospérer des entreprises du web en Europe.

Contexte

Le paquet Emploi adopté par la Commission en avril 2012 a montré qu’il existe une pénurie importante de professionnels des TIC, malgré les taux de chômage élevés que l’on enregistre dans d’autres secteurs (IP/12/380, MEMO/12/252).

En 2011, le secteur des TIC en Europe employait 6,7 millions de travailleurs, soit 3,1 % de la main-d’œuvre totale. Entre 2000 et 2010, la main-d’œuvre dans le secteur des TIC a connu une croissance annuelle moyenne de 4,3 %. Selon une étude toute récente, dont les chiffres n’ont pas encore été publiés (Empirica, mars 2013), le nombre d’emplois qui seront créés en Europe dans le secteur du numérique pourrait atteindre 864 000. Cependant, une baisse du nombre de nouveaux diplômés dans ce secteur, associée aux départs à la retraite prévisibles au cours des prochaines années, risque de compromettre le potentiel de croissance de l’emploi dans les TIC. Il importe de renforcer l’enseignement des sciences, des technologies, de l’ingénierie et des mathématiques et de promouvoir l’image des métiers correspondants, notamment auprès des femmes.

Par ailleurs, en faisant en sorte que les travailleurs de l’UE acquièrent les compétences supérieures nécessaires, on attirera les investissements et on empêchera la délocalisation d’emplois clés dans les TIC vers d’autres régions du monde, comme cela a été souligné dans le document de travail des services de la Commission intitulé «Exploiting the employment potential of ICTs» (Exploitation des possibilités de création d’emplois offertes par les TIC), publié dans le cadre du train de mesures sur l’emploi.

Pour mieux anticiper les besoins en compétences, la Commission européenne a lancé en décembre 2012 le Panorama européen des compétences,un site web proposant des informations quantitatives et qualitatives sur l’offre et la demande de compétences à court et à moyen terme et sur les déséquilibres entre celles-ci (IP/12/1329). Le Panorama, qui s’appuie sur des données et prévisions compilées à l’échelle de l’Union et des États membres, met en évidence les professions en pleine croissance et les principales professions connaissant une forte pénurie. L’Union compte actuellement environ deux millions d’emplois vacants, malgré des taux de chômage élevés. Le site web contient des informations détaillées par secteur, par profession et par pays.

Repenser et ouvrir l’éducation

La Commission a lancé sa stratégie pour repenser l’éducation en novembre 2012. Celle-ci appelle à accroître les investissements destinés à améliorer les systèmes d’enseignement et de formation professionnels, particulièrement dans le domaine des TIC. Cette stratégie donne également des indications sur la manière de cibler les investissements dans l’éducation pour optimiser leurs effets en période d’austérité financière.

De plus, l’initiative «Ouvrir au monde extérieur les systèmes d’éducation et de formation» prise conjointement par Androulla Vassiliou et Neelie Kroes, qui vise à rendre l’éducation plus accessible grâce à la technologie et aux ressources pédagogiques en libre accès, devrait être adoptée cet été.

Url description : Site Europa.eu

Url : http://europa.eu/rapid/press-release_IP-13-182_fr.htm