Le FEM pour l’emploi en Grèce

12 novembre 2014

Chapeau : Le FEM pour l'emploi en Grèce

Schéma de financement : 2014-11-12

Programme 2014 2020 : Oui

Amorce :

Emploi : La Commission propose une aide de 6,4 millions d’euros au titre du Fonds d’ajustement à la mondialisation en faveur des anciens travailleurs des grands magasins Fokas en Grèce.

Texte :

La Commission européenne propose de verser à la Grèce une aide de 6,4 millions d’euros financée sur le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM) pour faciliter le retour à l’emploi de 600 anciens travailleurs des grands magasins Fokas, et d’étendre ce soutien à 500 jeunes sans emploi, sortis du système scolaire et sans formation («NEET», pour «Not in Employment, Education or Training»). La plupart des licenciements ont eu lieu en Attique, en Macédoine centrale et en Thessalie. La proposition va maintenant être soumise à l’approbation du Parlement européen et du Conseil de l’Union européenne.

La Grèce a demandé le concours du FEM à la suite du licenciement de 600 salariés par Odyssefs Fokas S.A. en raison de la crise financière et économique mondiale, laquelle a durement frappé l’économie grecque.

Les mesures cofinancées par le FEM aideraient les travailleurs et les NEET à trouver un nouvel emploi ou un premier emploi en mettant à leur disposition des services actifs d’orientation et de formation professionnelles, ainsi que des services de conseil spécifiques destinés à promouvoir l’entrepreneuriat; l’enveloppe couvrirait aussi des contributions à la création d’entreprises et diverses allocations.

Le coût total de ce train de mesures est estimé à 10,7 millions d’euros, dont 6,4 millions seraient pris en charge par le FEM.

Contexte

Odyssefs Fokas était une entreprise dynamique active dans le commerce de gros. Dans les années 1980, elle possédait déjà la troisième plus grande surface de vente grecque. Elle a élargi son activité en représentant sur le marché intérieur des entreprises étrangères connues du secteur de l’habillement, les premiers espaces dédiés à ces marques ayant fait leur apparition en Grèce dans ses grands magasins. Dans les années 1990, l’entreprise a accru le nombre de ses accords d’exclusivité avec des entreprises internationales de l’habillement et a ouvert des franchises de diverses marques internationales. Entre 1999 et 2008, Fokas a poursuivi son expansion. Deux grands magasins ont ouvert dans les zones commerciales les plus importantes d’Athènes, ainsi que plusieurs salles d’exposition, magasins franchisés et points de ventes, en vertu d’accords avec différentes marques internationales.

Ce succès a brusquement pris fin lorsque la crise économique et financière a éclaté en 2008. Du fait de la baisse du pouvoir d’achat des ménages grecs depuis le début de la crise, la demande de produits autres que ceux de première nécessité s’est effondrée et, avec elle, le chiffre d’affaires de la société.

Autre conséquence de la récession de l’économie grecque: le manque de liquidités. Pour y remédier, Fokas a demandé, sans succès, une aide financière aux banques. La baisse du chiffre d’affaires causée par la chute de la consommation, combinée à une politique de crédit plus rigoureuse, a mis le groupe Fokas dans l’impossibilité de trouver une solution et l’a conduit à la faillite.

La plupart des licenciements se concentrent dans les régions de l’Attique et de Macédoine centrale, la région de Thessalie enregistrant environ 10 % des licenciements. Au cours du dernier trimestre de 2013, le taux de chômage était de 28,2 % dans la région de l’Attique et de 30,3 % en Macédoine centrale, au-dessus de la moyenne nationale (27,5 %). La situation de l’emploi en Thessalie est légèrement meilleure que la moyenne nationale, mais le taux de chômage y est tout de même de 26 %. De plus, les trois régions souffrent d’une pénurie d’offres d’emploi par rapport au nombre élevé de demandeurs d’emploi.

La libéralisation des échanges avec le reste du monde a des effets globalement positifs sur la croissance et l’emploi, mais elle peut aussi provoquer des réductions d’effectifs, en particulier dans des secteurs vulnérables et parmi les travailleurs peu qualifiés. C’est la raison pour laquelle la Commission a proposé la création d’un Fonds destiné à aider ceux qui doivent s’adapter aux conséquences de la mondialisation. Depuis sa création en 2007, le FEM a reçu 130 demandes d’intervention. Quelque 536 millions d’euros d’aide ont été sollicités en faveur de plus de 116 000 travailleurs. Pour la seule année 2013, le FEM est intervenu à hauteur de plus de 53,5 millions d’euros.

Le Fonds, qui se veut une expression de la solidarité de l’Union, est maintenu pour la période 2014-2020 et son mode de fonctionnement a été perfectionné. Son champ d’application englobe désormais, outre les travailleurs licenciés en raison de la crise économique, les travailleurs à durée déterminée, les travailleurs indépendants et, par voie de dérogation jusqu’à fin 2017, les jeunes sans emploi, sortis du système scolaire et ne suivant pas de formation qui résident dans une région pouvant bénéficier de l’initiative pour l’emploi des jeunes (IEJ), jusqu’à concurrence du nombre de travailleurs licenciés en faveur desquels le FEM intervient.

Url description : Presse de la Commission européenne

Url : http://europa.eu/rapid/press-release_IP-14-1603_fr.htm

Url info description: http://europa.eu/rapid/press-release_IP-14-1603_fr.htm

Url info: http://europa.eu/rapid/press-release_IP-14-1603_fr.htm