Les Power Purchase Agreements (PPA) : nouvelle solution pour un paysage énergétique européen plus durable ?

23 août 2018

Chapeau : Les Power Purchase Agreements (PPA) : nouvelle solution pour un paysage énergétique européen plus durable ?

Schéma de financement : 2018-08-23

Amorce :

Alors que le secteur de l’énergie est en mutation constante et rapide, de plus en plus d’entreprises européennes, et notamment françaises, cherchent aujourd’hui à faire évoluer leur mix énergétique en y intégrant plus d’énergies renouvelables grâce aux Power Purchase Agreements (PPA).

Texte :

Initiés aux USA en 2010 par Google, les PPA sont des accords d’achat à long terme d’énergie renouvelable (éolien ou solaire), signés directement entre un consommateur et un producteur d’énergie. Ce type de contrat permet aux entreprises à la fois d’atteindre leurs objectifs d’émissions de CO2, d’accroître la part d’énergie renouvelable dans leur mix énergétique, tout en leur donnant l’accès à une source d’énergie compétitive avec un prix fixé sur le long terme (dix à vingt ans).

Si les PPA sont monnaie courante aux États-Unis (plusieurs dizaines de contrats ont été signés par les GAFA depuis 2013), pourquoi l’Europe a-t-elle mis si longtemps à suivre cette tendance ? Jusqu’à présent, les entreprises ont pu se fournir à des prix compétitifs sur le marché de gros, mais depuis peu, l’énergie verte est devenue plus attractive car moins chère. En Europe, des contrats de long terme ont été négociés en Grande-Bretagne (HSBC, Nestlé), aux Pays-Bas (DSM, Google, Philips) ou en Suède, pays qui ont été suivis plus récemment par leurs voisins latins, et notamment par la France. En effet, la SNCF et les Aéroports de Paris ont lancé en juin dernier des consultations pour s’approvisionner de gré à gré en énergie renouvelable, et de plus en plus d’appels d’offres de ce type devraient suivre ceux déjà lancés cette année. Paula Abreu Marques, Chef de l’unité « Politique des énergies renouvelables et CCS » de la DG Énergie à la Commission européenne et responsable de la définition et du pilotage de la politique de l’UE en matière d’énergies renouvelables, s’est elle aussi prononcée dernièrement en faveur des PPA. Dans le cadre de l’Union de l’Energie, les PPA permettraient également aux Etats membres d’atteindre l’objectif contraignant d’énergies renouvelables rehaussé à 32% pour 2030 par rapport aux 27% initialement proposés par la Commission.

Néanmoins, malgré une croissance significative, les PPA demeurent une ressource inexploitée en Europe et il semble nécessaire aujourd’hui de discuter de la manière dont l’approvisionnement en énergies renouvelables par les entreprises européennes pourrait être facilité et la législation existante, clarifiée. Il serait également intéressant de fournir des lignes directrices et des contrats types pour créer des processus plus rationalisés et ouvrir le marché aux petites entreprises.