Relations UE-Tunisie : héritage et perspectives

29 octobre 2014

Chapeau : Quelles perspectives futures entre la Tunisie et l'UE ?

Schéma de financement : 2014-10-29

Amorce :

Pays pionnier des révolutions arabes survenues durant l’année 2011, la Tunisie représente pour l’Union Européenne un acteur essentiel de son voisinage méditerranéen.

Texte :

Ces évènements récents mettent surtout en valeur l’ancienneté des relations entre la Tunisie et l’UE qui remontent à 1969 avec la signature d’un accord commercial. Plus récemment la Tunisie avait été un des pionniers du partenariat euro-méditerranéen, ayant signé, en 1995, un accord d’association avec l’UE, contenant entre autre l’objectif important de l’établissement d’une zone de libre-échange avec l’UE. Enfin, un Plan d’Action voisinage, élaboré en 2005, a établi les objectifs stratégiques pour cette coopération. Un nouveau plan d’action est en cours d’élaboration.
 
Actuellement, les relations entre l’Union européenne et la Tunisie sont régies par l’accord d’association de 1995. La Tunisie a été le premier pays du sud de la Méditerranée à signer un Accord d’Association avec l’Europe, en 1995. Cet Accord, entré en vigueur le 1er mars 1998, forme la base juridique et le cadre légal de la coopération bilatérale. Il s’inscrit également dans le cadre du processus de partenariat régional euro-méditerranéen de Barcelone, auquel la Tunisie participe à part entière depuis 2005, et de la nouvelle Union pour la Méditerranée (UpM).
  
Sur le plan économique L’UE est le premier partenaire de la Tunisie en termes de commerce, avec en 2012, 71,3% d’exportations et 62,4 % d’importations. C’est aussi le principal investisseur avec environ 90% du total des entreprises à participation étrangères, présentes en Tunisie.

Depuis la révolution, la coopération s’est fortement renforcée dans plusieurs secteurs clés. Aujourd’hui, l’Union européenne appuie la Tunisie dans les domaines du développement régional et local, de l’économie et du commerce, des droits de l’Homme et de l’Etat de droit, de l’éducation, la formation et de l’emploi, de l’énergie et de l’environnement, ainsi que de l’agriculture.

Les domaines d’intervention de l’UE en Tunisie se sont multipliés depuis 2011 et comprennent notamment :
– Le renforcement de la société civile et des droits de l’Homme
– La consolidation de l’Etat de droit et de la justice
– Le développement régional et local
– La compétitivité des entreprises et des services
– La réforme de l’administration et les réformes économiques
– Le développement des ressources humaines et l’emploi

Dans un contexte de transition politique, l’UE s’est donc fortement engagée en faveur de la démocratie et de l’Etat de droit en Tunisie. Cela s’est manifesté par la présence d’une mission d’observation électorale de l’UE lors des élections tunisiennes qui ont été jugées « crédibles et transparentes » par les observateurs.

A ce titre la Tunisie constitue un exemple à la fois ancien et riche de perspectives, des politiques de l’Union Européenne envers les pays tiers.