Robotique : SPARC, initiative d’envergure mondiale

5 juin 2014

Schéma de financement : 2014-06-04

Amorce :

Le 3 Juin, la Commission européenne, de concert avec 180 entreprises et organismes de recherche réunis sous l’égide d’EuRobotics ASBL, a lancé le plus grand programme de recherche et d’innovation du monde dans le domaine de la robotique. 

Texte :

Le programme, appelé SPARC, devrait permettre à l’Europe d’occuper la première place du marché mondial de la robotique, en évinçant les investissements des ses principaux rivaux comme les États-Unis, la Corée du Sud et le Japon. Le programme devrait entraîner la création de plus de 240 000 emplois en Europe d’ici 2020.

SPARC financera des projets de recherche et d’innovation en robotique ouverts à toutes les entreprises et institutions de recherche européennes (les organisations membres d’EuRobotics ne bénéficieront d’aucun traitement préférentiel). Les fonds transiteront par Horizon 2020, le programme-cadre pour la recherche et l’innovation, avec plus de 700 millions d’euros débloqués par la Commission européenne pour des activités dans le domaine de la robotique pour la période 2014-2020. En outre, les partenaires industriels et de recherche européens (EuRobotics) se sont engagés à compléter les efforts de la Commission en investissant un montant de 2,1 milliards d’euros au cours des sept années suivantes, ce qui fera plus que dédoubler l’impact des fonds apportés par l’UE. L’objectif du programme SPARC est de maximiser les synergies entre les financements publics et privés dans le domaine de la robotique : la sélection des projets de robotiques à financer au titre d’Horizon 2020 (appels TIC-23-2014 et TIC-24-2015) fera l’objet d’une collaboration étroite entre la Commission et EuRobotics ASBL.

Les fondements politiques de la programmation financière européenne en matière de robotique

Le lancement du programme SPARC répond à un large consensus sur les avantages que les robots peuvent apporter à l’Europe. Les principaux arguments économiques en faveur d’une utilisation accrue des robots par l’industrie et du renforcement de la place de l’Europe sur le marché de la robotique sont de trois ordres:

D’une part, la généralisation des robots a un impact positif sur la compétitivité des industries et des services. Une meilleure absorption des technologies robotiques autoriserait les entreprises européennes à continuer de produire en Europe, au lieu de délocaliser leurs activités dans des pays à faible coût de main d’œuvre. Transports, agriculture, industrie audiovisuelle, bâtiments : le nombre de secteurs dont la productivité est positivement impactée par le développement de la robotique est très grand. En outre, les robots,  en favorisant la création de nouveaux produits et services, contribuent à la relance la demande et de la consommation, et, in fine, de la croissance.

D’autre part, la robotique présente un fort potentiel pour le développement de la base industrielle européenne. Le marché mondial de la robotique croit à un taux de 8% par an, et devrait réaliser un chiffre d’affaire annuel d’environ 60 milliards d’euros en 2020. A cet égard, l’initiative SPARC vise à faire passer la part de l’Europe dans le marché mondial de la robotique de 32% en 2014 à 42% en 2020. Les années à venir sont une période charnière pour le développement de la robotique, et l’Europe ne pouvait pas manquer l’occasion de prendre la tête de la compétition globale en la matière.

Last but not least, le potentiel de la robotique dépasse les seules considérations économiques : les robots facilitent la vie quotidienne et contribuent à relever les défis de la société d’aujourd’hui, du vieillissement de la population à la transition énergétique, en passant par la sécurité alimentaire. Les domaines d’application des solutions robotiques couvrent notamment la chirurgie, les soins à domicile pour les personnes âgées et handicapées, ou les véhicules intelligents. Les robots seront également amenés à servir des fins environnementales et de sécurité, avec l’utilisation de drones pour surveiller la faune, de robots-patrouilleurs pour collecter les déchets, et d’UAV pour les opérations de sauvetage et de recherche.

Au-delà des arguments à caractère économique, le lancement du programme SPARC répond à nécessité de décloisonner les programmes nationaux de recherche sur la robotique et d’éviter les redondances entre les activités des organismes de recherche et des entreprises. La mutualisation des ressources dédiées à la robotique à l’échelle européenne doit permettre aux initiatives de recherche d’atteindre une masse critique, permettant la création d’applications, de services et de processus d’envergue qui ne pourraient être financés si les efforts de recherche restaient fragmentés sur des lignes nationales.

Les robots mettront-ils les travailleurs au chômage ?

En dépit des arguments mentionnés ci-dessus, le lancement du programme SPARC soulève un certain scepticisme, avec la crainte que les robots puissent créer du chômage en automatisant les tâches habituellement exécutées par les humains.

Pour Neelie Kroes, Commissaire européenne à l’Agenda numérique, 70% des européens pensent encore que les robots volent les emplois des gens. Avec 25 millions d’européens actuellement au chômage, c’est une cause d’inquiétude légitime.

Pourtant, selon un document du cabinet Metra Martechas intitulé « L’impact positif des robots industriels sur l’emploi », les emplois détruits par le développement des robots seront plus que compensés par la hausse de la compétitivité et de la productivité entraînée par l’absorption des technologies robotiques par l’industrie. S’appuyant sur les résultats de l’étude, la Commissaire Neelie Kroes démystifie le mythe malthusien selon lequel les robots génèrent chômage, soutenant que «chaque robot industriel soutient effectivement 3,6 emplois [et] que les robots vont directement et indirectement créer 2 millions de poste d’ici à 2022″.

Quelles opportunités de financement ? La robotique et Horizon 2020

Il ya deux appels à propositions relatifs au programme SPARC financés par Horizon 2020, le programme-cadre pour la recherche et le développement. Les deux appels sont une composante de l’appel global « Technologies de l’Information et de la Communication » du volet « LEIT – Leadership en technologies génériques et industrielles » du pilier « Primauté industrielle » du programme Horizon 2020 (ICT-23-2014, déclinaison de H2020-ICT-2014-1, et ICT-24-2015, déclinaison de H2020-ICT-2015-1). Notez que la période de soumission des propositions pour ICT-23-2014 est close, tandis que l’appel ICT-24-2015 sera publié en octobre.

Les appels à propositions du programme SPARC bénéficient d’un budget de 700 millions d’euros sur la période 2014-2020, et sont destinés à des projets de robotique « pure ». Au-delà des seuls appels SPARC, le programme H2020 offre d’autres opportunités de financement pour des activités reposant sur la technologie robotique, bien que servant des objectifs plus larges, à savoir :

* Appels non-liés à SPARC dans l’appel global TIC du volet LEIT du pilier Primauté industrielle

* Appels publiés dans le cadre de l’appel  global « Nanotechnologies, matériaux avancés, biotechnologie, procédés de fabrication et de transformation de pointe » du volet LEIT du pilier de Primauté industrielle

* Appels pour des projets de robotique en matière spatiale, dans le cadre du sous-volet « Espace » du volet LEIT de la priorité Primauté industrielle

* Appels publiés dans le cadre du volet « Technologies futures et émergentes » du pilier « Excellence scientifique », pour les projets de cognition et de neurorobotique

* Appels publiés dans le cadre de plusieurs volets du pilier « Défis de société » :

1 – Volet « Santé, changement démographique et bien-être » pour des projets sur la vie autonome

2 – Volet « Sécurité alimentaire, agriculture et foresterie durables, recherche marine, maritime et fluvial et la bioéconomie » pour des projets sur la robotique marine

3 – Volet « Energie sûre, propre et efficace » pour des projets sur les outils robotisés pour les constructions

4 – Volet « Transports verts, intelligents et intégrés » pour des projets sur les véhicules autonomes

Last but not least, plusieurs projets financés par le 7eme programme-cadre de recherche et le développement (2007-2013) publient régulièrement des appels à propositions invitant d’autres participants à se joindre à des activités sur la robotique, à l’exemple de l’appel lancé par le projet EUROC pour une compétition de robots industriels.